BREVES‎ > ‎

Benoit XVI propose un regard positif sur les réseaux sociaux

publié le 24 janv. 2013 à 22:38 par Jean Michel
ARTICLE DU JOURNAL LA CROIX du 25/01/2013
Benoît XVI envoyant son premier tweet, mercredi 12 décembre 2012.

OR/CPP/CIRIC

Benoît XVI envoyant son premier tweet, mercredi 12 décembre 2012.

Loin de s’inquiéter devant la prolifération des réseaux sociaux sur le Web, en particulier auprès des jeunes, Benoît XVI considère cette évolution avec réalisme et de façon positive. Telles sont, selon Mgr Claudio Maria Celli, président du Conseil pontifical pour les communications sociales, les deux caractéristiques du message proposé par le pape à l’occasion de la 47e journée mondiale des communications sociales, qui sera célébrée le 24 mai prochain, et publié hier à l’occasion de la Saint-François-de-Sales.

« Le témoignage de foi n’est pas une chevauchée des Walkyries », a affirmé Mgr Celli, présentant ce message aux journalistes. « Il ne peut s’agir que d’un témoignage personnel, dans la proximité », a-t-il poursuivi. Et tel est l’objectif proposé par Benoît XVI dans son texte intitulé Réseaux sociaux : portes de vérité et de foi ; nouveaux espaces pour l’évangélisation.

Réalisme, car Benoît XVI n’est pas dupe des tendances profondes qui animent le « marché » des réseaux sociaux, qu’il qualifie de « nouvelle agora ». « Souvent, la signification et l’efficacité des différentes formes d’expression semblent plus déterminées par leur popularité que par leur importance intrinsèque et leur validité », écrit-il.

UNE ÉVOLUTION DURABLE PRISE EN COMPTE PAR L’ÉGLISE

« La popularité, poursuit-il, est encore fréquemment liée à la célébrité ou à des stratégies de persuasion plutôt qu’à la logique de l’argumentation. Parfois, la voix discrète de la raison peut être dominée par la rumeur des informations excessives et ne parvient pas à éveiller l’attention qui est réservée par contre à qui s’exprime d’une manière plus persuasive. »

Ce réalisme est cultivé, sous un autre angle, par le Conseil pontifical, qui prend acte du caractère structurel de l’évolution numérique. Présentant plusieurs statistiques américaines et internationales en ce sens, Mgr Celli a réussi, ces derniers temps, à convaincre les responsables du Vatican que cette évolution est durable et conditionne l’audibilité de l’Église, d’où la multiplication de ses initiatives sur tous les réseaux, dont Twitter.

« Il s’agit de ne pas rater le rendez-vous avec l’homme d’aujourd’hui », estime Mgr Celli. D’où cette affirmation du pape : « Si la Bonne Nouvelle n’est pas connue aussi dans l’environnement numérique, elle pourrait être absente de l’expérience d’un grand nombre pour qui cet espace existentiel est important. »

UN USAGE « POSITIF » POSSIBLE DES RÉSEAUX SOCIAUX

Insistant sur l’usage positif possible des réseaux sociaux, Benoît XVI estime que ces dialogues doivent être menés « avec respect, attention pour la vie privée, responsabilité et dévouement à la vérité, en vue de renforcer les liens d’unité entre les personnes et promouvoir efficacement l’harmonie de la famille humaine ».

Il propose, prenant à contre-pied une certaine virulence propre aux réseaux sociaux, de « se donner soi-même aux autres à travers la disponibilité à s’impliquer avec patience et respect dans leurs questions et leurs doutes, sur le chemin de la recherche de la vérité et du sens de l’existence humaine ».

À certains égards, cette tonalité générale était déjà présente dans les précédents messages de Benoît XVI, ont remarqué certains journalistes, évoquant le risque de la répétition. « Peut-être… On dit bien cela des quatre Évangiles depuis 2 000 ans », a répondu, avec son sourire habituel, Mgr Celli. Paradoxe : l’administration vaticane n’a, a priori, pas prévu de tweeter ce message du pape…

F. M., à Rome
Comments