BREVES‎ > ‎

Témoignage sur le 55 ème PMI

publié le 2 juin 2013 à 11:14 par Jean Michel
Voici le témoignage plein de spontanéité de Morgane Gardel sur le 55 ème PMI et qu'elle a publié sur Facebook. Elle nous autorise à le reprendre et nous l'en remercions :

"  Chaque année , on est au rendez vous, au même endroit, pour les mêmes occasions. On est là pour s'amuser, mais avant tout pour rendre un hommage a ceux qui nous ont quitté. Qu'ils soient des Pompiers morts au feu, des Gendarmes qui étaient au mauvais endroit au mauvais moment, on y fait des rencontres. On s'amuse, on oublie nos soucis, nos problèmes, et on se consacre pleinement à ce lieu de mémoire où on leur rend hommage. Parce qu'ils le méritent et nous devons les remercier pour le courage, leur bravoure et leur perspicacité à nous défendre et faire de notre vie un espace tranquille et protégé. Cependant ils y laissent parfois leur vie en nous protégeant, et nous nous devons de faire ce petit este pour eux. Qu'est-ce donc à côté de tout ce qu'ils ont accompli pour le peuple ? Malheureusement un trop infime acte, mais ceux qui refuse d'admettre cela sont lâches et égoïstes.
On pleure de joie à l'arrivée, quand on retrouve des gens. On pleure quand viennent les morts au feu, on pleure quand c'est l'heure de se quitter pour un rendez vous incertain. Au final , nous pleurons souvent pendant le PMI, mais c'est pour la bonne cause. Certains le font depuis 1, 2 ou 3 ans. Je n'ai que 16 ans et c'est mon 10éme que je viens de passer. Et croyez-moi, je ne regrette en rien d’être dans cette ambiance chaque année. On parle a des militaires, des pompiers, des gendarmes, on parle à des étrangers, sans même savoir ce qu'il adviendra d'eux, hélas. On prend des photos souvenir avec eux alors que dans quelques jours ou mois on ne se souviendra même plus de leur prénom. On saura juste qu'avec cette personne on a passé un moment extraordinaire. Les gens qui ne vivent pas ce moment de l'année ne comprendront jamais que c'est magique. On réalise que beaucoup de personnes sont là pour nous, pour notre protection et notre sécurité quand il y a des problèmes. Des gens viennent du monde entier pour vivre ce moment. Et quand vient le moment de partir. On s'échange nos numéros, nos adresses, et tout ce qu'on peut pour garder contact. On se donne rendez vous pour l'année prochaine. Mais qui sait ? On ne pourra peut-être pas participer. Nous gardons contact quelques temps, puis un jour petit à petit nous nous oublions, mais qu'importe, cette journée d'hommage est bien plus capitale que l'amitié et les sentiments que nous éprouvons aux égards de nos rencontre là-bas, c'est une journée d'hommage, une journée d'Hommage pour tous les hommes et toutes les femmes, morts pour toi, pour moi, pour nous. "

Morgane Gardel 
Comments